[ La Gazette de la E-démocratie ]                   [ La Gazette des idées et de l'innovation ]
            [ La Gazette de la démat ]                              [ La Gazette des marchés publics ]
        [ La Gazette du management ]                       [ The Gazette of ideas and innovations ]
[ Nous contacter ] 
 [ Notre rédacteur ] 
La Gazette des Marchés Publics
    

 [ Accueil ]  [ L'actu des Marchés Publics ]  [ La FAQ des Marchés Publics ]  [ Les n° de La Gazette ]
[ Nous contacter ] 

[ Accès au glossaire ]

La confiance, une nécessité dans un monde virtuel     (seconde partie)

Pour établir une relation de confiance entre acteurs qui ne se connaissent pas, le recours à des ‘tiers de confiance’ a toujours été la solution privilégiée.
    
C’est ainsi que le principe séculaire du ‘tiers de confiance’ s’applique désormais aux échanges sur internet permettant ainsi le déploiement de solutions dématérialisées à l’usage des entreprises, des personnes publiques et des particuliers.



Les ‘tiers de confiance’ du monde réel au secours d’internet
    
Avoir confiance dans les échanges électroniques ne se résume pas à accorder sa confiance à des technologies.
    
Bien sûr, l’utilisation de techniques fiables est nécessaire, mais cela ne suffit pas car la confiance dans des informations dématérialisées, c’est également une question de droit, d’identification du correspondant, de psychologie, …
    
C’est pour cette raison que le positionnement et l’implication d’institutionnels traditionnels de la confiance du monde physique ont été indispensables au développement des services de confiance dans la sphère numérique.
    
C’est l’association de tous ces ‘tiers de confiance’ référents qui apporte au monde électronique une caution et une stabilité dans le cadre des échanges dématérialisés.
    
Le recours à des ‘tiers de confiance’ permet à chacun de bénéficier d’un environnement juridique, fiscal et technique fiable, pertinent et pérenne.
    
Aujourd’hui dans l’univers de la dématérialisation, comme hier dans le monde du papier, les trois éléments qui caractérisent un véritable ‘tiers de confiance’ sont sa neutralité, sa pérennité et enfin sa légitimité.


Neutralité, pérennité et légitimité du tiers de confiance
    
Pour être neutre, le ‘tiers de confiance’ doit avoir une fonction et un rôle sans aucun intérêt direct avec les clients et partenaires pour lesquels il est opérateur.
    
Pour assurer la pérennité du service, il doit pouvoir conserver les preuves des échanges et savoir les restituer à qui de droit lorsque cela est juridiquement utile, ce qui en terme de preuves peut aller jusqu’à plusieurs dizaines d’années.
    
Enfin la légitimité d’un ‘tiers de confiance’ est issue d’une reconnaissance publique sous diverses formes comme, par exemple, la conformité à des critères juridiques et techniques forts.

    
Devant la forte implication que représentent ces impératifs, vous comprenez aisément qu’il n’est pas possible de se proclamer ‘tiers de confiance’ du jour au lendemain …


Organiser l’avenir
    
Depuis toujours, la confiance est le fondement de l’économie et de ce fait, comme hier et quelles que soient les technologies de demain, elle sera à la base des échanges commerciaux et administratifs du monde internet.
    
C’est ainsi qu’au Moyen Âge, les banquiers lombards se portaient garants des billets à ordre qu’ils émettaient et qui étaient négociables dans toute l’Europe.
    
L’intermédiation, grâce à des ‘tiers de confiance’, a ainsi permis les échanges de valeurs en tout point de l'Europe, même durant les nombreuses périodes troubles.
    
Cet aspect est important car, en général, les mécanismes informatiques liés aux échanges dématérialisés ne sont pas du tout connus et très rarement transparents.
    
Les utilisateurs, qui, par définition, ne sont pas des spécialistes, ne savent pas ‘comment ça marche’ et, de ce fait, ont pris l’habitude d’agir et d’utiliser essentiellement en fonction de leurs degrés de satisfaction ou de confiance, que ce soit ‘a priori’ ou ‘a posteriori’.
    
Pour rationaliser tout cela, et afin que les services de dématérialisation puissent se développer et devenir opérationnels, en plus d’un cadre légal ou contractuel, en plus d’une technologie, il a fallu que les opérateurs assurant les transactions apportent des garanties en ayant recours à de véritables ‘tiers de confiance’ dans le cadre des échanges électroniques.


La première partie de cet article vous est accessible en cliquant ici.

© 2011 - Gilles de Chezelles
L'auteur, Gilles de Chezelles, met à votre disposition son savoir-faire et son expertise des approches et des démarches de confiance à travers son entreprise GdC Consultant.© ( www.gdc-consultant.ch ), sa plate-forme de dématérialisation des marchés publics E-Jal.© ( www.e-jal.com ) ainsi que de sa galerie d'échange Private Patent.© pour les projets innovants (www.privatepatent.com ).

              
<<   Article précédant
                     < Liste des articles >                     Article suivant  >>

La Gazette des Marchés Publics est une publication des Editions de la Gazette, premier groupe de e-presse publiant des magazines électroniques gratuits, elle peut être librement diffusée, n’hésitez donc pas à communiquer les liens permettant de la consulter et/ou de la télécharger.

© 2010 - 2019    La Gazette des Marchés Publics           Mentions légales